dimanche, 19 août 2018
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Eglise Saint-Colomban (à Tréveneuc)

Tréveneuc
Côtes d'Armor

Reconstruite entre 1743 et 1751, l'église Saint-Colomban conserve des éléments de l'édifice d'origine. Ainsi, le pignon sud avec sa porte, son contrefort et sa fenêtre date du XIVe siècle.

L'église abrite un bénitier cruciforme du XVe siècle. A l'origine, ce bénitier était un dîmier; c'est à dire un récipient servant à mesurer la dîme, redevance en nature versée aux ecclésiastiques.

L'église contient aussi trois retables de bois doré datant du XVIIIe siècle ainsi qu'une peinture de Saint-Servais datant de 1691.

Saint-Colomban était un moine irlandais de la fin du VIe siècle. Il débarqua sur les côtes d'Armorique avant de fonder un monastère à Luxeuil, dans les Vosges.

Situation : Le bourg de Tréveneuc se trouve entre les villes de Saint-Quay-Portrieux et de Plouha.

 
      

Eglise Saint-Efflam (à Plestin-les-Grèves)

Rue de l'Eglise
Plestin-les-Grèves
Côtes d'Armor

    Il est probable qu’à l’origine, une chapelle dédiée à Saint-Efflam se trouvait à cet endroit.
    Au XVe siècle, une église fut édifiée en remplacement de la chapelle ; de cette église, seule la nef subsiste de nos jours.
    Le clocher-tour fut ajouté au XVIe siècle, puis le côté nord au XVIIe et l’abside au XIXe.
    Lors de travaux réalisés en 1859, l’enclos paroissial, l’ossuaire gothique et le calvaire furent détruits afin d’agrandir la route.
    En 1944, l’église fut minée, incendiée et en partie détruite ; les travaux de restauration s’échelonnèrent jusqu’en 1964.
    Le porche principal (XVIe), surmonté d’une secrétairie, abrite les statues des douze apôtres ; celles-ci ont été finement sculptées dans le kersantile par l’artiste Roland Doré.
    L’intérieur de l’église abrite le tombeau de Saint-Efflam daté de 1550.
    Efflam, né en 448, était le fils d’un roi irlandais. Marié très jeune à Enora, il fit voeu de chasteté. Fuyant les dissipations de la cour, il partit pour la Bretagne en compagnie de plusieurs autres futurs saints : Kirio, Mélec, Haran, Nérin, Carré, Eversin et Tuder. La légende dit que c’est au Grand Rocher qu’Efflam rencontra le roi Arthur qui poursuivait un dragon. Efflam fit jaillir une source où Arthur puisa de nouvelles forces pour repousser le dragon à la mer. Par la suite, Enora rejoignit son époux dans un oratoire que celui-ci lui avait fait bâtir. Efflam mourut en 512.
    L’église Saint-Efflam est classée monument historique.
    
    Situation : La ville de Plestin-les-Grèves se trouve à environ 12 kilomètres au sud-ouest de Lannion.
    
 

 
      

Eglise Saint-Envel (à Loc-Envel)

Loc-Envel
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Envel a été édifiée au XVIe siècle à l’endroit où l’ermite Envel s’installa au VIe siècle.
    Les moines bénédictins de Saint-Jacut de la mer furent les fondateurs de l’église et c’est l’atelier Beaumanoir de Morlaix qui fut en charge de sa construction.
    De style gothique flamboyant, l’église possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle et un chevet à noues multiples. Le visiteur remarquera sur les rampants la présence de pierres de crossettes représentant les forces du mal qui devaient être tenues en dehors de l’espace sacré de l’église.
    L’intérieur de l’église a conservé son décor originel.
    Ainsi, le visiteur pourra admirer une voûte particulièrement ouvragée et des sablières ornées de sculptures d’animaux.
    Un jubé de style gothique flamboyant finement sculpté entoure le choeur. L’autel en granit du XVIe siècle est surmonté d’un retable en bois du XVIIe siècle.
    Les vitraux ont également été conservés ; le vitrail central décrit en six panneaux la vie de Saint-Envel.
    A proximité de l’église se trouve une fontaine dédiée au saint.
    
    Situation : Le village de Loc-Envel se trouve à environ 20 kilomètres à l’ouest de Guingamp.
 

 
      

Eglise Saint-Gal de Langast

Langast
Côtes

 

Une première église aurait été édifiée dès le VIème siècle, époque de Saint-Gal.

Un nouvel édifice a été construit au IXème siècle, puis a bénéficié d'évolutions aux XIVème (adjonction du clocher), XVIème et XVIIIème (contreforts) siècles.

 
      

Eglise Saint-Germain l'Auxerrois (à Glomel)

Glomel
Côtes d'Armor

 

L'église Saint-Germain a été édifiée au XVIème siècle ( vers 1550). Elle est dédiée à Saint-Germain, un évêque d'Auxerre du Vème siècle.

L'édifice a été restauré au XIXème siècle.

L'église a été inscrite aux Monuments Historiques en 1927.

 

 
      

Eglise Saint-Gildas (à Magoar)

Magoar
Côtes d'Armor

 

L'église Saint-Gildas a été construite aux XVème et XVIème siècles.

Le clocher date de la fin du XVIème siècle.

L'église a été classée aux Monuments Historiques en 1929.

 
      

Eglise Saint-Gildas de Laniscat

Laniscat
Côtes d'Armor

 

La construction de l'église Saint-Gildas remonte principalement au XVIIème siècle.

Le clocher porte a été édifié en 1665.

 
      

Eglise Saint-Goulven

Goulven
Finistère

 

L'église Saint-Goulven se singularise par son superbe clocher Renaissance finement sculpté.

Le clocher, construit en 1598, atteint une hauteur de 58 mètres.

L'église abrite un autel en granit de Kersanton ainsi que des sculptures en bois polychrome représentant des miracles de Saint-Goulven.

Près de l'église se trouve un ossuaire datant de 1709. En 1880, la crypte souterraine de l'ossuaire fut ouverte et on y trouva un reliquaire contenant un bras de Saint Goulven.

 

 
      

Eglise Saint-Guigner (à Pluvigner)

Pluvigner
Morbihan

 

La construction de l'église Saint-Guigner remonte au XVIème siècle. L'édifice fut largement remanié à la fin du XIXème siècle.

La tour et le clocher qui datent de 1781 ont été conservés. La charpente et la sacristie lézardée par la foudre en 1841 sont également restaurés à cette époque.

L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis .

Non loin de l'église, la fontaine de Saint-Guigner a été construite en 1526. L'ensemble comporte un lavoir à 3 bassins.

 

 
      

Eglise Saint-Hervé (à Quemperven)

Quemperven
Côtes d'Armor

    L’église a été rebâtie au XVIe siècle sur les plans d’une église primitive datant du XIVe siècle et dont il demeure un pilier.
    Au XVIIIe siècle, l’église a été agrandie : le porche surmonté d’une secrétairie date de 1712 et les deux chapelles latérales de 1731 et 1732.
    L’église est vouée à Saint Hervé, saint protégeant de la menace des loups et de la peur. Selon la tradition, Saint Hervé, moine breton du VI ème siècle, domestiqua le loup qui avait égorgé l’âne de son ami.
    
    Situation : Le village de Quemperven se trouve à environ 10 kilomètres au sud-est de Lannion.
 

 
      

Eglise Saint-Ivy (à Lannion - Loguivy-lès-Lannion)

Loguivy-lès-Lannion
Lannion
Côtes d'Armor


    C’est à cet endroit que Saint-Ivy installa un ermitage et construisit une chapelle au VIIe siècle.
    Saint-Ivy était un moine irlandais de Lindisfarne né en 650 et venu en Armorique aux alentours de 685. Le saint aurait débarqué vers le Mont-Saint-Michel puis aurait poursuivi son périple en direction de la baie de Saint-Brieuc, avant de suivre la côte de Paimpol à Trégastel et d’arriver dans l’embouchure du Léguer.
    L’église actuelle fut construite entre le XVIe et le XVIIe siècle à l’emplacement de l’ancienne chapelle. Les seigneurs de Kergomar en furent les fondateurs et lui firent don d’un bras-reliquaire renfermant les reliques de Saint-Ivy.
    L’église est de plan rectangulaire, avec une chapelle au nord et deux chapelles au sud ; elle possède un clocher-mur à trois chambres de cloches accessibles par un escalier sur le rampant sud.
    A l’intérieur, on peut observer une voute lambrissée peinte en bleu ainsi qu’un retable de la Nativité.
    Un très bel enclos paroissial entoure l’église. Le mur d’enclos comporte un grand porche jadis fermé par une porte ainsi que des échaliers qui permettaient aux paroissiens d’accéder à l’enclos sans avoir à ouvrir la porte.
    A l’intérieur de l’enclos, on peut découvrir une fontaine en forme de colonne à vasque datée de 1577 ainsi qu’un if séculaire.
    En bordure du Léguer se trouve une fontaine en granit du XVIe dédiée au saint.
    Le pardon de Saint-Ivy est célébré le premier dimanche de mai.
    
    Situation : Le village de Loguivy-lès-Lannion se trouve à environ 1,5 kilomètre à l’ouest du centre-ville de Lannion.
    

 
      

Eglise Saint-Ivy (à Ploubazlanec – Loguivy-de-la-mer)

Loguivy-de-la-Mer
Ploubazlannec
Côtes d'Armor

A l'origine, le village de Loguivy possédait une chapelle datant de 1759.

En 1945, Loguivy devient une paroisse indépendante, en raison de son trop grand éloignement de l’église paroissiale de Ploubazlanec.

La construction de la nouvelle église est achevée en 1949 ; plusieurs éléments de l’ancienne chapelle sont réutilisés.

Le concepteur de l’édifice est l’architecte James Bouillé ; celui-ci appartient aux Seiz Breur, littéralement Les Sept Frères, un mouvement d’architectes qui cherchent à renouveler l’art celtique en s’inspirant d’une tradition typiquement bretonne.

Située sur le port de Loguivy, l’église semble influencée par son environnement ; sa charpente évoque une coque de bateau renversé ; son clocher est surmonté d’un poisson.

Un vitrail commémore le débarquement sur les terres bretonnes en 687 d’Ivy, saint originaire d’Outre-Manche.

Situation : Le village de Loguivy-de-la-mer se trouve à environ 3 kilomètres à l’ouest du bourg de Ploubazlanec.

 
      

Eglise Saint-Jacques (à Locquirec)

Rue de l'Eglise
Locquirec
Finistère

    L’église a succédé au XII-XIIIe siècle à un oratoire dédié à Saint-Guirec. La nef et le bas côté nord remontent à cette époque.
    L’édifice a été agrandi au XVIIe siècle : le bas-côté sud a été ajouté et le choeur a été allongé, avec son chevet à quatre noues daté de 1658.
    Le clocher porche, daté de 1634-1691, est de type trégorois, avec trois chambres de cloches accessibles par une tourelle d’escaliers.
    L’église renferme un retable en bois polychrome de la fin du XVe siècle, de style flamand. Le plafond du Choeur et des transepts est historié et peint.
    L’église dépendait jadis de la commanderie du Palacret située à Pont-Melvez.
    
    Situation : Le village de Locquirec se trouve à environ 15 kilomètres au nord-est de Morlaix.

 
      

Eglise Saint-Jacques (à Perros-Guirec)

Eglise Saint-Jacques
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Jacques, classée monument historique en1901, a été édifiée à partir de la fin du XIe siècle, sur la colline dominant le vieux Perros.
    De l’édifice initial, il demeure la nef romane et le porche sud.
    Les dix piliers de la nef romane (XIe et XIIe siècles) présentent des chapiteaux sculptés de motifs celtiques ou bibliques. En particulier, le deuxième pilier représente l'arrivée de Saint-Guirec à Perros.
    Le tympan du porche sud représente le Christ entre le lion de Saint Marc et l’aigle de Saint Jean.
    Une nef gothique est venue prolonger la nef romane au XIVe siècle. La tour carrée date également de cette période ; la balustrade et le curieux dôme à flèche pyramidale la surmontant sont du XVIIe siècle.
    Les deux transepts ont été ajoutés au XXe siècle.
    A l’intérieur, le visiteur pourra découvrir un beau retable du XVIIe siècle comprenant dix-neuf statuettes finement façonnées. L’église renferme aussi un bénitier du XIIe siècle et une mesure à grains du XIVe siècle ; cette mesure était utilisée pour recevoir et évaluer les offrandes en grains.
    L’orgue a été réalisé en 1996-1997 par Yves Fossaert ; celui-ci a utilisé au maximum des techniques anciennes et des matériaux traditionnels tels que le chêne ou le plomb.
    
    Situation : l’église Saint-Jacques est située au centre de la ville de Perros-Guirec.

 
      

Eglise Saint-Jean du Baly (à Lannion)

Le Baly
Lannion
Côtes d'Armor

    C’est au XVI ème siècle que cet édifice remplaça la chapelle dépendant du château de Lannion et dédiée à Saint Eloi. Les travaux commencèrent en 1519 et s’achevèrent en 1548.
    En 1643, il fut décidé d’élever une flèche de bois, recouverte d’ardoises et coiffée de plomb, au sommet de l’imposante tour.
    Toutefois, l’une des poutres de la charpente se rompit et la flèche pencha dangereusement. En 1760, le duc d’Aiguillon, commandant de la province, ordonna sa démolition.
    La flèche de granit prévue pour la remplacer ne fut jamais construite, faute de moyens.
    Durant la seconde guerre mondiale, les allemands hissèrent au sommet de la tour une croix gammée. A la libération, les lannionais s’empressèrent de remplacer ce symbole de l’occupant par le drapeau français.
    A l’origine l’église était dédiée à Notre-Dame ; en 1839, elle fut placée sous le vocable de Saint-Jean auquel on ajouta ‘du Baly’, en référence à la promenade du Baly aménagée à l’emplacement des anciennes murailles de la ville (le verbe se promener se traduit en breton par bale).
    A l’intérieur de l’église, on peut découvrir un pilier creux muni d’un escalier à vis. Autrefois, cet escalier permettait d’accéder à un jubé aujourd’hui disparu. On observera des marques sur certaines pierres du pilier creux ; ces marques servaient probablement à comptabiliser le nombre de pierres taillées par chaque ouvrier.
    L’église contient aussi une chaire à prêcher de la fin du XVII ème siècle ainsi qu’un autel en marbre blanc et des retables du XVIII ème siècle.
    Dans l’enclos paroissial, on remarquera un beau calvaire qui fut réalisé par Yves Hernot pour l’exposition universelle de 1867.