dimanche, 09 décembre 2018
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Routoir à lin de l'anse de Guibell

Pouldouran
Côtes d'Armor

    Jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, le travail du lin (culture, rouissage, teillage, filature et tissage) constituait une importante activité économique de la région.
    Semé en avril, le lin était arraché une centaine de jours plus tard. Le rouissage des tiges permettait d’extraire les fibres (filasse ou étoupe) par l’action des bactéries et des moisissures. L’élimination des gommes et des résines se faisait ainsi au fil de l’eau, dans les routoirs ou à terre. La paille rouie subissait ensuite le teillage avant la filature et le tissage.
    Il existe des vestiges de 18 routoirs à lin en bordure du Jaudy.
    L’anse du Guibell à Pouldouran abrite 3 routoirs aux maçonneries différentes.
    Ces routoirs appartiennent au domaine privé ; ils ont été restaurés ces dernières années.
    
    Situation : Le village de Pouldouran se trouve à environ 3 kilomètres au sud-est de Tréguier ; les routoirs se trouvent non loin de la route joignant Pouldouran à La Roche-Derrien.
   

 
      

Temple de Lanleff (à Lanleff)

Lanleff
Côtes d'Armor

Pendant longtemps, on a cru que ces ruines étaient celles d’un temple antique ou d’un édifice construit par les templiers.

C’est pourquoi des archéologues du XIXe siècle les ont appelées, à tort, ‘le temple de Lanleff’.

En réalité, il s’agit d’une église chrétienne datant de la fin du XIe siècle.

L’édifice, de style roman, a été construit par un seigneur de la région au retour de la première croisade (1099).

Son plan circulaire s’inspire de celui de la basilique du Saint-Sépulcre, à Jérusalem.

La rotonde centrale présente de belles arcades et quelques chapiteaux sculptés. Elle est entourée d’un déambulatoire.

Le toit de l’église, disparu depuis des siècles, avait probablement, à l’origine une forme conique.

Une fontaine se trouve en contrebas du temple.

Situation : Le temple de Lanleff se trouve à proximité du bourg de Lanleff.

 
      

Thermes gallo-romains du Hogolo

Hogolo
Plestin-les-Grèves
Côtes d'Armor

    Remarquablement conservés dans une dune littorale, les thermes du Hogolo ont été découverts en 1892 ; plusieurs campagnes de fouilles ont été effectuées au XXe siècle.
    Le monument date du 1er siècle. Agrandi au second siècle, il a été transformé en habitation agricole au IIIe siècle puis démoli au IVe siècle.
    Le rite thermal romain, emprunté aux grecs, comprend d’abord un passage dans une salle tiède (le tepidarium) où le corps est frotté avec une lame de fer munie d’un manche. Ensuite, on se rend au caldarium, une salle chaude comprenant des bains de vapeur pour la sudation. Le parcours se termine par le frigidarium, salle de bains froids.
    Les Thermes du Hogolo sont les seuls thermes gallo-romains restaurés et ouverts au public.
    
    Des visites guidées sont proposées pendant l’été.
    
    Situation : les Thermes du Hogolo se trouvent en bordure des rives du Douron. Partant de Locquirec, il faut emprunter la route côtière en direction de Saint-Efflam ; les thermes sont indiqués sur le gauche de la route, quelques centaines de mètres après avoir traversé le Douron.
   

 
      

Tombeau de Saint-Yves à Tréguier

Cathédrale
Tréguier
Côtes d'Armor
 
      

Tour de Kerroc'h (à Ploubazlanec)

Kerroc'h
Ploubazlannec
Côtes d'Armor

Dominant la baie de Paimpol, cette tour, à l'aspect insolite, a été érigée en 1873 sur une butte autrefois nommée Krec'h Mahaf.

Dans un premier temps, l'abbé Guenou envisageait d'installer sur le site une statue de la Vierge.

Grâce au don du terrain par le maire de Ploubazlanec, à la générosité d'une donatrice paimpolaise et au soutien de l'Evêque de Saint-Brieuc, une tour imposante a été construite, comportant à son sommet une statue de Sainte-Anne, de la Vierge, de Saint-Joseph et de l'Enfant Jésus.

 
      

Tour des Ebihens

Ebihens
Saint-Jacut-de-la-Mer
Côtes d'Armor

 

Cette tour défensive a été élevée en 1694, à la demande de Vauban.

Sa fonction principale était de protéger l'entrée de la ville portuaire de Saint-Malo. Quelques temps après sa construction le site fut équipé de batteries de défense.

La tour est aujourd'hui une propriété privée.

 
      

Tour Sainte-Eutrope

Sainte-Eutrope
Langourla
Côtes d'Armor

 

La Tour Sainte-Eutrope appartenait à l'ancienne église de Langourla qui remonte au XIIIème siècle.

Lors de la suppression de l'anciennne église en 1866, l'évêque de Saint-Brieuc intervint pour que la tour soit conservée.

A la fin des années 50, il fut à nouveau question de la supprimer. Cette fois, c'est son classement au tître des Monuments Historiques qui la sauva.

 

 
      

Tour Vauban

Le Sillon
Camaret-sur-Mer
Finistère

 

Cette tour, initialement nommée 'Tour de Camaret', a été édifiée de 1693 à 1696, sur un plan de Vauban.

Haute de 18 mètres, la tour adopte une forme polygonale et comporte 3 étages. L'édifice comporte aussi un corps de garde, une batterie pouvant contenir 11 canons et un four à boulets.

La tour Vauban fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis

 

 

 
      

Viaduc de Morlaix

Centre ville
Morlaix
Finistère

    Elégant ouvrage enjambant la vallée de Morlaix, le viaduc a été édifié en 1861 lors de la construction de la ligne de chemin de fer Rennes-Brest.
    L’édifice atteint une hauteur de 59 mètres pour une longueur de 284 mètres.
    Construit en pierre, il comporte deux étages d’arcades (9 en bas et 14 à l’étage supérieur). Au premier niveau, le viaduc comprend un passage piétonnier reliant les escarpements de la rive droite à la rive gauche. Le second niveau est utilisé par la ligne de chemin de fer.
    En 1943, les bombardements du viaduc causèrent le décès de plus de 100 personnes.
    
    Situation : le viaduc enjambe le centre-ville de Morlaix.
 

 
      

Vieille Tour (à Paimpol)

Paimpol
Côtes d'Armor

Edifiée en 1765, cette tour remplace une tour plus ancienne, datant de 1548. La tour constitue alors le clocher de l'église de Paimpol.

C'est le seigneur Louis Armand Vittu, seigneur écuyer de Kerraoul qui en est le fondateur. La tour comporte ses armes et celles de sa femme, Marie-Anne Geslin.

Les pierres proviennent de la Hacquémoré, manoir démoli de la région de Saint-Brieuc.

Lors de la destruction de l'ancienne église, la tour faillit subir le même sort. Toutefois, grâce à l'intervention d'Armand Dayot, un inspecteur des beaux-Arts, originaire de Paimpol, l'édifice est préservé.

Aujourd'hui, la tour conserve encore l'une de ses cloches.

Situation : La vieille tour marque l'entrée de la vieille ville de Paimpol..

 
      

Ville close de Concarneau

Concarneau
Finistère

 

Construite sur un îlot, entre les XVème et XVIIème siècles, la ville close est le coeur historique de Concarneau.

La forteresse comporte 9 tours : la Tour du Gouverneur, la Tour du Major, la Tour Neuve, la Tour de la Porte au Vin, la tour du Passage, la Tour du Port aux Chiens, le Fer à Cheval,  la Tour du Maure et la Tour de la Fortune.

La Ville close est classée aux Monuments Historiques depuis 1899.